INFOS






UN DIALOGUE PERMANENT ENTRE LES CULTES
ET LA LAICITE ET LE GOUVERNEMENT FEDERAL

18.05.2017

Bruxelles - Mercredi le 17 mai 2017 le Premier Ministre Charles Michel et le Ministre de la Justice Koen Geens se sont entretenus une longue heure avec les divers représentants des cultes reconnus et de la laïcité. Ensemble, ils sont signé un accord, une déclaration commune avec le gouvernement fédéral afin de construire et de respecter les valeurs fondamentales.

 L’ensemble de l’Eglise Orthodoxe en Belgique y fut représenté par Son Eminence le Métropolite Athénagoras de Belgique (Patriarcat Oecuménique).

 A la suite des attentats du 22 mars, le Premier Ministre et le Ministre de la Justice, Koen Geens, ont décidé de réunir régulièrement les représentants des six cultes reconnus (Eglises catholique, anglicane, protestante, orthodoxe ainsi que l’islam et le judaïsme) et de la laïcité. A la suite des deux premières rencontres organisées, ces derniers avaient exprimé “leur ferme détermination à combattre le terrorisme, le radicalisme et les discours de haine”.

 Après avoir discuté de la nature du texte de cette déclaration et y avoir apporté, lors de la concertation, quelques légères modifications, les différents représentants ont signé le texte.

 Le texte de la déclaration rappelle dès lors l’importance de création d’un espace de dialogue et de concertation entre les cultes et la laïcité. En effet “en Belgique, comme ailleurs en Europe, nos sociétés se sont fragilisées pour de multiples raisons. Les communautés vivent les unes à côté des autres sans nécessairement bien se connaître”, peut-on lire dans la déclaration. Les représentants des cultes et de la laïcité se réuniront tous les 6 mois en compagnie du Premier Ministre et du Ministre de la Justice.

 Le texte de la déclaration souligne que “les droits de l’homme, les libertés fondamentales telles que la liberté d’expression, la liberté de croire ou de ne pas croire, la liberté de conscience, l’égalité entre les hommes et les femmes, la séparation des Eglises et de l’Etat, la culture du dialogue, la primauté de l’Etat de droit sur la loi religieuse, le droit à choisir son mode de vie sont des valeurs inaltérables sur lesquelles nous ne pouvons transiger, nous devons les défendre. L’impartialité de l’Etat permet cette équidistance entre tous les cultes assurant ainsi la cohésion sociale et pacifique dans une société interculturelle comme la nôtre”.

 Pour le gouvernement, les attentats de Bruxelles et de Paris et le climat, parfois polarisé, qui s’en est suivi ont montré l’importance d’un dialogue permanent entre les différentes religions et convictions philosophiques et les autorités civiles. «Ce n’est que par le dialogue que nous réussirons à mettre en place une société au sein de laquelle tout le monde se sent concerné», a précisé le Ministre de la Justice Koen Geens.

 Selon Charles Michel, Premier Ministre, «il est important de stimuler le dialogue permanent entre les représentants des cultes reconnus, de la laïcité et de l’Etat fédéral pour promouvoir et garantir la pérennité de nos valeurs fondamentales, notamment celles des Droits de l’Homme», rappelant que, déjà en 2015 et 2016, «nous avions réuni les cultes et la laïcité autour de la table. Le protocole favorisant le dialogue permanent est un continuum, un signal fort pour faire émerger une société de confiance et une société libre basée sur ces valeurs».

 Et le Ministre de la Justice d’ajouter: «Il est important de réunir autour de la table les différentes religions et convictions philosophiques. Ce n’est qu’ainsi que nous arriverons à nous comprendre. Nous devons transcender la polarisation et rassembler les personnes au lieu de les diviser et de les monter les unes contre les autres. Le création de cet organe de dialogue nous apporte la structure nécessaire que nous devrons dès lors utiliser pleinement».

© Belgaimage




© 2004-2017 - Orthodox Archdiocese of Belgium - Ecumenical Patriarchate

MENU