Benelux logo
Greek logo

Paroisse du Saint Apôtre André à Gand

Sophie van Akenstraat 56 - 9000 Gent

Adresse de l‘église: Sophie van Akenstraat 56 – 9000 Gent.

Recteur: Protopresbytre du Trône Œcuménique Dominique Verbeke. Adresse: Gravin Johannastraat 33 – 9000 Gent. Τél. et fax: +32.9/225.47.18. Mob.: +32.475/21.61.50 E-mail: [email protected]

Vicaire: Archiprêtre Paolo Perletti. Adresse: Astridstraat 73 – 9620 Oombergen (Zottegem). Τél. +39.328/567.67.38. Εmail: [email protected]

Diacre: diacreBarnabas Genbrugge,Adresse: Tuinwijk 14 – 2070 Burcht. Tel. +32.485/52.25.20. Email: [email protected]

Chantres: M. Paul Morreel secondé par Mesdames Thérèse De Tavernier et  Victor Stan

Enfants de choeur: messieurs Teodor Nica, Roman Klochkov, Anton Klochkov, Artioum Schevchenko, Syméon Verbeke et Georges Van Wambeke.

Conseil paroissial: Protopresbytre du Trône Œcuménique Dominique Verbeke, Diacre Barnabas Genbrugge, Dhr. Christophe Beyer, Dhr en Mevrouw Jan en Annick Osseel, Dhr Reynbrecht Hoefs, Martine Peckstadt, Sofie Tobazidis, Natalia Louponossova, Irina Agapitova, Alexandra Simonenko

Fabrique d’Eglise: Protopresbytre du Trône Œcuménique Dominique Verbeke,Tamerlan Maliev, Hans Goeminne,  Nataliya Sheptak et Sapizhenka.

Catéchisme: Protopresbytre du Trône Œcuménique Dominique Verbeke, presbytera Martine Peckstadt, et enseignants de la religion orthodoxe de la paroisse

Bibliothèque: Alexandra Simonenko.

Revue bimensuelle: «Apostel Andreas».

PAROISSE DU SAINT APOTRE ANDRE – GAND

Ayant découverts l’Orthodoxie Ignace Peckstadt, Antoine Van Bruaene (tous 2 avocats au barreau de Gand) et André Knapen ont fondé et cela dès les années 60’ à Gand l’association « Apostolos Andreas – contacts avec l’Orthodoxie » avec comme but l’organisation d’un cycle annuel de conférences par des conférenciers orthodoxes. Le premier invité fut le Père Pierre Struve, prêtre et médecin à Paris (mort tragiquement dans un accident de voiture quelques années après), qui y parla de « La Spiritualité Orthodoxe ». Cette première conférence fut un succès, un véritable témoignage orthodoxe pour un public très mélangé. Cela les encourageait à poursuivre cette voie. Ainsi se sont succédées à la tribune un grand nombre de personnalités orthodoxes. On comprend le rôle préparatif qu’a joué l’association Apostolos Andreas pour la création d’une paroisse orthodoxe à Gand.

Après la découverte d’une jeune paroisse francophone à Bruxelles, la paroisse de la Ste Trinité et des Saints Cosme et Damien, autour du regretté Père Marc Nicaise, Ignace Peckstadt a pris l’initiative de la création d’une paroisse orthodoxe à Gand. Dans le nord de la Belgique il n’y avait à ce moment-là aucune paroisse orthodoxe. Pour pouvoir participer à la Divine Liturgie il devait – avec sa famille – chaque fois faire un aller-retour de 170 km. Cela leur semblait supportable pour une certaine période, mais devenait problématique à long terme. Ils devaient tenir compte des enfants et des années à venir. De plus, ils éprouvaient de plus en plus le besoin d’une paroisse orthodoxe en Flandre, à Gand. Depuis quelques années déjà ils avaient le cycle des conférences orthodoxes et ils savaient que plusieurs personnes seraient très heureuses de pouvoir trouver une église orthodoxe à Gand.

Après de nombreuses difficultés, Ignace Peckstadt réussit à louer un immeuble pour y aménager une petite église où la Liturgie orthodoxe pouvait être célébrée régulièrement. Il s’agit d’une des maisons de l’Ancien Béguinage, un bâtiment classé et vieux de plus de 400 ans. Jadis des moniales y habitaient et y priaient. Lors de la Révolution Française le Béguinage Ste Elisabeth tout entier avait été confisqué et remis aux autorités civiles de la ville. Depuis près de 100 ans les habitations monacales servaient comme logement aux plus démunis et appartenaient à l’Assistance Publique (CPAS). Depuis la dernière guerre mondiale ces bâtiments n’étaient plus entretenus et une grande partie était devenue inhabitable. Il était très heureux d’avoir pu trouver quelque chose dans un vieux site à caractère religieux de la ville de Gand.

En quelques mois il a pu – avec l’aide de membres de sa famille, d’Antoine Van Bruaene et quelques autres familles et personnes de la région – aménager le bâtiment en lieu de culte. On y travailla avec beaucoup d’enthousiasme durant les week-ends et jours de congé. Le bâtiment fut nettoyé et peint. L’électricité fut contrôlée et remise en ordre. On construisit une iconostase.  On rassembla des meubles, tapis, lampes à huile, icônes. Tout ce qui s’avérait nécessaire pour la célébration liturgique fut trouvé et placé.

Le Père Marc Nicaise, à l’époque recteur de la Paroisse Orthodoxe de la Sainte Trinité et des Saints Côme et Damien à Bruxelles, acceptait d’y venir célébrer une fois par mois. L’Archevêque Georges (Tarassoff) de Syracuse (alors à la tête de l’Archevêché des paroisses russes en Europe occidentale sous l’obédience du Patriarcat Œcuménique) donna sa bénédiction pour ces célébrations. La première eut lieu le 28 novembre 1972, date proche de la fête du Saint Apôtre André. Le Père Marc Nicaise y présida, alors que sa chorale chanta en flamand.

Le dimanche 17 décembre 1972 la seconde Liturgie suivit, ce qui supposait la première participation d’une propre chorale sous la direction d’Ignace Peckstadt.

Dès 1973 l’Archevêque Georges de Syracuse leur octroya le statut de paroisse. Il était très heureux de pouvoir le faire car de 1930 jusqu’en 1953 il avait été lui-même prêtre orthodoxe à Gand. C’était alors une paroisse russe, la paroisse de l’Annonciation, car en cette période il y avait encore un grand nombre d’étudiants russes à Gand. Le 31 mai de la même année l’Archevêque Georges de Syracuse rendit une première visite et bénit la petite église. L’intérêt croissait en même temps et de plus en plus d’orthodoxes découvraient la paroisse. Il s’avérait bien vite qu’une liturgie par mois était insuffisante pour constituer une vie pleinement liturgique et communautaire, même si une liturgie supplémentaire était célébrée le jour de certaine grandes fêtes. La communauté désirait en arriver à une vie liturgique plus intense et régulière. Ainsi deux liturgies par mois furent célébrées à partir de septembre 1973, une liturgie par le Père Marc Nicaise (Bruxelles) et une par le Père Antoine Freund (Paris).

L’ordination diaconale d’Ignace Peckstadt – conféré par l’Archevêque Georges de Syracuse – fut un événement important, qui eut lieu le 2 juin 1974 à la Crypte de la Cathédrale Orthodoxe Saint Alexandre Nevsky (rue Daru) à Paris en présence d’une délégation de la paroisse. L’ordination diaconale d’Ignace Peckstadt n’avait pas résolu le problème du déplacement d’un prêtre pour chaque célébration. Et aux grandes fêtes, personne ne pouvait venir. La vie liturgique de la jeune paroisse ne pouvait s’épanouir comme il le fallait sans un prêtre en permanence. C’est ainsi que le Père Marc insista pour l’ordination sacerdotale du Diacre Ignace. Toute la communauté insista.  Le 5 octobre 1975 il fut ordonné, à nouveau par l’Archevêque Georges de Syracuse, à la même Crypte de la Cathédrale St Alexandre Nevsky à Paris.

Entretemps, la communauté paroissiale s’organisa. Les offices liturgiques se célébrèrent très régulièrement: chaque samedi soir les Vêpres et chaque dimanche la Divine Liturgie. En plus des grandes fêtes, de la période de Carême, la célébration des sacrements de baptêmes, mariages etc. A partir du début de l’année 1973 la revue mensuelle «Apostel Andreas» fut le lien indispensable pour la vie paroissiale. Rédigé complètement en flamand, la langue locale, ce périodique mensuel de ± 40 pages comprend surtout des articles de formation orthodoxe. Ils sont rédigés par des membres d’une propre rédaction ou ils peuvent être des traductions d’articles parus dans certains périodiques de langue française, anglaise ou autre. Aussi d’autres articles rendent compte d’évènements d’actualité de l’Église Orthodoxe, comme de la « Synaxis » de tous les Primats des Eglises-Sœurs Orthodoxes qui eu lieu à Constantinople du 13 au 15 mars 1992 au siège du Patriarcat Œcuménique, et qui était un témoignage sans précédent de l’unité orthodoxe. Bien sûr à la revue figurent aussi des pages de nouvelles locales, de rencontres œcuméniques, du calendrier liturgique, des célébrations au sein de la paroisse et de la vie de la communauté. Une bibliothèque fut fondée rassemblant un grand nombre de livres dans plus de quinze langues. Le cycle de conférences «Apostolos Andreas» poursuivait ses activités. Il y eu aussi une activité œcuménique importante, avec de nombreux contacts avec nos frères anglicans, catholiques et protestants. Des week-end de ressourcement furent organisés. Les soins pastoraux dans les hôpitaux, à la prison et parfois sur les bateaux – car Gand est aussi un port de mer – ne furent pas oubliés. Une attention toute spéciale fut réservée à la catéchèse pour enfants, pour jeunes et adultes.

En 1976 l’Archevêque Georges (Tarasoff) de Syracuse a nommé le Père Ignace recteur de la paroisse, alors qu’en 1978 il l’a élevé au rang d’archiprêtre.

Après de longs pourparlers – commencé par une lettre du 20 février 1973 écrite par le Père Ignace – avec le CPAS, le bâtiment, situé au numéro 20 (aujourd’hui 56) Sophie van Ackenstraat, a été acheté le 13 décembre 1976. Pour cela il fallait au préalable constituer une ASBL ayant comme nom «Orthodoxe Gemeenschap Gent». L’épanouissement et l’extension de la paroisse continuaient dans les mois qui suivirent. A peine achetée, l’église devenait trop petite. L’achat d’un bâtiment annexe fut possible, grâce aux nombreux efforts des membres de l’ASBL et de leur conseil, ainsi qu’aux nombreux dons – petits et grands – que nous pouvions recevoir des membres de la paroisse, ainsi que de nombreux sympathisants.

La «modeste chapelle» pouvait ainsi être rénovée, édifiant de cette façon une église à part entière, qui répondait aux besoins de la communauté.   L’église agrandie fut alors consacrée le 2 décembre 1979 par l’Evêque Georges (Wagner) d’Eudociade, auxilliaire de l’Archevêque Georges de Syracuse. Ce même jour Marcel Osseel (par après prêtre Silouan Osseel, recteur de la Paroisse Saint Nectaire à Eindhoven) fut ordonné diacre. Il était pendant presque dix ans diacre de la paroisse, jusque peu avant son ordination sacerdotale par notre Métropolite Panteleimon, au mois de mars de 1990.

Évènements importants dans l’histoire de la paroisse du Saint Apôtre André à Gand :

La visite historique de Sa Majesté le Roi Baudouin, lors de la célébration du 150ème anniversaire du Royaume de Belgique. Ce fut le samedi 14 juin 1980 qu’il visita à Gand la paroisse du Sainte Apôtre André et pria avec les fidèles au cours de l’office des Vêpres.La visite historique de l’Archimandrite Sophrony, qui a présidé la Divine Liturgie en l’église Saint Apôtre André à Gand le 14 septembre de l’année 1980 et qui s’est entretenu avec les paroissiens.Dès le début de sa fondation, la paroisse appartient à la juridiction du Patriarcat Œcuménique de Constantinople. Pour expliquer le patronage du Saint Apôtre, André Ignace Peckstadt écrivit dans le premier numéro d’«Apostel Andreas» (janvier 1973): «Premier appelé parmi les Apôtres, Saint André s’installa plus tard à Constantinople, où il fut le missionnaire principal. A Patras il mourut comme martyr sur une croix de forme particulière (X), qui jusqu’à présent porte son nom. Notre Patriarche Œcuménique de Constantinople, Sa Toute-Sainteté Dimitrios, juridiction dont nous dépendons, est le successeur direct de l’Apôtre André. (…) Voilà quelques motifs qui contribuèrent au choix de l’Apôtre André».

     A partir du début de 1989, la Paroisse s’est intégrée dans l’Archevêché de Belgique, guidé par le représentant directe du Patriarcat Œcuménique au Benelux, Son Éminence le Métropolite Panteleimon. Dès l’élection de Mgr. Panteleimon comme Métropolite de Belgique, la paroisse entretenait des bonnes relations, avec lui et son Archevêché. Dès le début, elle fut chaque année représentée au Dimanche de l’Orthodoxie et y contribua activement par l’intermédiaire de sa chorale. Mais aussi à toute autre activité. Après son intégration, elle s’est sentie protégée d’une façon très paternelle par le Métropolite Panteleimon.  Grâce à son énergie infatigable, il sut obtenir la reconnaissance officielle du culte orthodoxe en Belgique. Simultanément, il réussit à réaffirmer les liens fraternels avec les hiérarques et représentants des autres juridictions orthodoxes présentes en Belgique. Cela n’avait plus de sens que la Paroisse dépende encore d’un Archevêché avec siège à Paris, alors qu’en Belgique existait un Archevêché avec siège à Bruxelles, directement lié au même Patriarcat.

    Le 11 novembre 1989, Sa Toute-Sainteté le Patriarche Œcuménique Bartholomée (alors encore Métropolite de Philadelphie) rendit une première visite à la paroisse. Il était en Belgique pour l’ordination diaconale du fils du Père Ignace, Yves Peckstadt (aujourd’hui Métropolite Athénagoras) ordonné à Bruxelles le 12 novembre 1989; et tint à cette occasion à présider les Vêpres et de prononcer quelques paroles aux fidèles. Lors de sa visite officielle au Benelux, le Patriarche revint à Gand pour une seconde visite à la Paroisse et pour bénir les travaux de construction d’une nouvelle église. Ce fut – sans doute – une journée historique pour la paroisse.La dédicace de la nouvelle église, le dimanche 30 novembre 1997, 25ème anniversaire de la fondation de la Paroisse par Son Éminence le Métropolite Panteleimon, en concélébrant avec l’Archevêque Simon (Patriarcat de Moscou) et l’Évêque Michel de Claudioupolis (Exarchat Russe du Patriarcat Œcuménique). En effet, un don extraordinaire d’un paroissien décédé rendit possible de construire une tout nouvelle église en face de l’ancienne, qui d’ailleurs fut complètement restaurée. Le grand donateur portait le prénom d’André, mais était-ce un hasard..

      Entre-temps, Dominique Verbeke avait été ordonné diacre par le Métropolite Panteleimon lors de la Liturgie du Dimanche de l’Orthodoxie (Bruxelles – le 24 février 1991) et prêtre le 23 décembre de l’année 2000 en l’église de Gand. Il était depuis plusieurs années le principal responsable pour l’enseignement religieux orthodoxe dans les écoles officielles de Belgique. En vue de la formation d’un cadre d’enseignants il a fondé, avec la bénédiction de le Métropolite Panteleimon, un Institut de Théologie Orthodoxe (Centre de Formation orthodoxe St Jean-le-Théologien, qui est devenu plus tard l’Institut de Théologie Orthodoxe Apôtre Paul), prévoyant un programme de trois années d’étude avec examens. De nombreuses personnes (quelques-unes de la paroisse gantoise, mais la majorité venant d’autres communautés orthodoxes), surtout des jeunes entre 20 et 30 ans, ont répondu à cet appel. La section flamande de l’Institut se situe actuellement au sein de la Paroisse de Gand.

      La paroisse est enfin devenue la paroisse-mère des paroisses de Bruges et de Courtrai. Leurs premiers prêtres étaient tous deux issus de la Paroisse de Gand. Mais il y a encore eu plusieurs autres jeunes, hommes et femmes, qui ont été appelés à s’engager à servir l’Église, issus de cette même paroisse.

      Actuellement, la Paroisse réunit un bon nombre de fidèles dispersés dans toute la région et de différentes origines. Tous se sentent vraiment frères et sœurs unis au sein de la même Église Orthodoxe.

      Rendons grâce au Seigneur, par les prières du Saint Apôtre André, le premier-appelé des apôtres.

      CLERGE
      Archiprêtre Marc Nicaise : 1972 – 1975
      Archiprêtre Ignace Peckstadt : 1975 – 2016
      Protopresbytre du Trône Œcuménique Dominique Verbeke : 2000 – ….
      Archiprêtre Paolo Perletti : 2014 – ……

      Recteur:

      Protopresbytre du Trône Œcuménique Dominique Verbeke

      Τél. et fax: +32.9/225.47.18. Mob.: +32.475/21.61.50

      E-mail: [email protected]

       

      Vicaire:

      Archiprêtre Paolo Perletti

      Τél. +39.328/567.67.38.

      Εmail: [email protected]